La route des Indes, la route des épices

lundi, 18. juillet 2016

La route des Indes, la route des épices

Vers la fin du Moyen-Âge arrivèrent de plus en plus d’épices exotiques sur le continent européen. Celles-ci furent très chères, c’est pourquoi de nouvelles routes furent explorées. C’est ainsi que la route des Indes (ou routes des épices) fut découverte. 

Cette découverte fut, à cette époque, une véritable révolution. Cette route désigne, en réalité, une route maritime directe entre l’Europe (c’est à dire l’Espagne et le Portugal) et les Indes.

L’importance de la route des Indes ?

L’échange et le commerce des épices est une chose très ancienne. Grâce aux campagnes d’Alexandre le Grand, qui ont eu lieu à l’Antiquité jusque dans les Indes, le poivre et la cannelle sont deux épices qui sont depuis très longtemps connues et appréciées en Europe. Bien que les épices soient, depuis toujours, une denrée chère, les prix vont littéralement exploser à la fin du Moyen-Âge.

Dès le Xe siècle, le commerce des épices fut dans les mains du peuple arabe. A cette époque, les épices furent exportées vers l’Europe par des chemins exclusivement terrestres. Sur ces chemins, les épices étaient sans cesse rachetées par des intermédiaires de telle manière à ce que le prix des épices, lors de leur arrivée, étaient parfois 100 fois supérieurs au prix de départ.

La découverte de cette route directe entre l’Europe et les pays où poussent poivre, cannelle et muscade, permet d’éviter le passage par une multitude d’intermédiaires et de payer des frais de douane. Les profits grimpent donc de manière vertigineuse.

Ces considérations menèrent finalement la couronne portugaise à envoyer une expédition. En juillet 1497, Vasco de Gala se mit en route vers les Indes et en revint avec des épices.

L'itinéraire

De Gama navigua de Lisbonne jusqu’au Cap de Bonne-Espérance. Cette route fut déjà explorée et connue d’autres navigateurs portugais. A partir du Cap de Bonne-Espérance, et pour atteindre les Indes, il faut tout d’abord longer la côte orientale de l’Afrique, traverser la Mer d’Oman pour atteindre la côte Ouest des Indes.

Le navigateur contourna ensuite l’Inde et Ceylan (aujourd’hui Sri Lanka) traversa le Golfe du Bengale, le détroit de Malacca pour enfin atteindre les “Îles aux Epices” (aujourd’hui les Moluques).

Lorsque De Gama amarra en 1498 sur la côte des Îles Malabar. Lui et ses hommes furent les premiers européens à le faire. De Gama conclut alors des accords commerciaux et revint avec des bateaux pleins d’épices à Lisbonne en juillet 1499.

Les conséquences de cette découverte

En l’espace de quelques décennies, la moitié du commerce des épices asiatiques passa de la route à la mer.

Grâce à cela, De Gama fut convoqué à la cour royale, élevé au rang de noble et nommé vice-roi des Indes. Son expédition a été la base du monopole portugais sur le commerce des épices de 1506 à 1570. Des profits extrêmement hauts furent réalisés. Il fut également un des éléments déclencheurs de la colonisation. En effet, d’autres puissances désirèrent également profiter de ce commerce très lucratif.